Paysages de France

L’abbaye d’Aubazine : l’enfance de Coco Chanel

8 octobre 2018
l'abbaye d'aubazine

Située en Corrèze, à quelques kilomètres à l’est de Brive, nous étions déjà passés rapidement devant l’Abbaye d’Aubazine en nous disant qu’il nous faudrait absolument y revenir pour  visiter le lieu qui avait vu grandir la célèbre Gabrielle Chanel. Les hauts murs de la bâtisse à l’allure austère avaient piqué notre curiosité, laissant supposer un intérieur plein de promesses.

Nous y sommes donc retournés fin juillet en prévoyant de faire une marche le matin et la visite de l’Abbaye dans l’après-midi.

Différents circuits de randonnée

Avant de visiter un lieu, je me renseigne toujours sur Internet pour récolter un maximum d’informations sur les différents points d’intérêt. J’avais donc noté qu’il existait un circuit permettant de découvrir un canal creusé par des moines afin d’alimenter en eau le monastère.

Malheureusement, ce circuit, long d’une dizaine de kilomètres, ne nous aurait pas permis de visiter l’abbaye l’après-midi. Nous nous sommes donc retranchés sur le « circuit des Monastères », long d’à peine 5 km, offrant la découverte de jolies cascades.

Au temps des moulins

Le circuit nous mène tout d’abord à la découverte des vestiges des anciens moulins du village. Ici, l’eau est omniprésente et dévale les collines environnantes dans une jolie musique de ruissellement. En cette très chaude journée d’été, c’est un rafraîchissement bienfaiteur.

Les cascades du Coiroux

Nous continuons la promenade en direction des cascades et sortons du village d’Aubazine. Les paysages sont ravissants offrant à nos regards de belles et douces collines verdoyantes. Puis, le sentier s’enfonce sous les arbres, nous protégeant des rayons brûlants du soleil de midi, et nous conduit vers une descente en lacets plus serrés les uns que les autres en direction des cascades. Heureusement, nous avions prévu de bonnes chaussures…

L’arrivée devant les cascades ravit nos yeux. Un petit paradis loin de toute agitation, niché au cœur de la forêt, dont seul le doux bruit de l’eau vient rompre la quiétude environnante. Un couple est présent avec ses enfants et a investi la balancelle aménagée  dans les arbres pour les promeneurs.

L’abbaye d’Aubazine

Après environ 2 heures de marche et une pause déjeuner, nous entrons enfin dans l’abbaye.

Elle a été fondé au XIIe siècle par un moine cistercien, Etienne, qui y créa un monastère double : un pour les hommes, celui que nous visitons, et un autre pour les femmes, situé un peu à l’écart du village.

Nous pénétrons par la cour intérieure et découvrons un joli jardin de curé avec, en son centre, une fontaine monolithique. Cette cour abritait jadis le cloître du monastère aujourd’hui disparu. On peut également remarquer qu’une aile de l’édifice a partiellement disparue.

L’enfance de Gabrielle Chanel

Au début du vingtième siècle, l’abbaye qui accueille en son sein la congrégation religieuse du Saint Cœur de Marie depuis quelques temps déjà, abritera aussi, dans l’orphelinat tenu par les sœurs, une pensionnaire célèbre en la personne de Gabrielle Chanel.

En effet, c’est en 1895, que la petite Gabrielle, alors âgée de 12 ans, arrive à l’Abbaye d’Aubazine accompagnée de ses deux sœurs, Julia (13 ans) et Antoinette (8 ans). Leur père, camelot en mercerie, venant de perdre son épouse, les laisse aux bons soins des religieuses. Elle y passa 6 ans.

Ce lieu aura profondément marqué Gabrielle Chanel, à tel point qu’elle se serait inspirée des vitraux de l’Abbaye pour créer son célèbre logo au deux C entre-croisés. La grande austérité qui y régnait aurait également eu une grande influence sur son style vestimentaire très épuré.

 

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, la visite de l’intérieur de l’édifice est assez succincte. Nous sommes restés sur notre faim… croyant qu’il y aurait davantage de mobilier et surtout davantage de pièces à visiter.

Malgré tout, nous avons beaucoup aimé les extérieurs et l’histoire du lieu si savamment contée par notre guide.

Le jardin de curé et le vivier

Avant de redescendre pour la fin de la visite, nous jetons un dernier coup d’œil depuis le 1er étage sur le jardin de curé qui a été aménagé au cœur du site.

Le bâtiment sur la première photo renferme les anciennes cuisines de l’Abbaye. On voit qu’il manque toute une aile à l’édifice…

Nous découvrons ensuite le grand vivier qui avait été créé par les moines, actuellement complètement asséché à cause d’une fuite. Ce bassin est alimenté en eau grâce au canal creusé par ces mêmes moines. Quel courage !

L’église abbatiale

La visite de l’Abbaye d’Aubazine terminée, nous sortons de l’enceinte du bâtiment pour visiter son église, classée monument historique.

La sobriété, pour ne pas dire le dépouillement, de l’intérieur de l’édifice du XIIe siècle ne nous surprend guère. L’ordre cistercien prônait l’austérité, la discipline, la rigueur… Ici, point de dorures, de peintures murales ni autres décors baroques.

Malgré tout, l’église offre quelques beaux atouts qui lui ont valu d’être classée Monument Historique : un clocher octogonal unique de style Limousin, des sculptures remarquables sur le tombeau de Saint-Etienne (13e siècle), une « pietà » en calcaire polychrome datant de la fin du 15e siècle, la plus vieille armoire de France, des stalles en bois sculptées du 17e siècle et les vestiges d’une mise au tombeau de la fin 15e siècle.

L’Abbaye d’Aubazine aujourd’hui

De nos jours, outre les visites guidées organisées toute l’année, il est possible d’y suivre des conférences et des parcours spirituels, des stages de calligraphie – enluminure – iconographie.

L’Abbaye accueille également les scolaires de différents niveaux dans le cadre de leur programme de découverte d’un édifice classé « Monument Historique ».

Il est également possible d’y organiser vins d’honneurs, réceptions, réunions, …

Nous repartons ravis de cette visite et de notre balade avec, malgré tout, le regret de n’avoir pas pu découvrir le canal des moines…

Ce sera pour une prochaine fois !

D'autres articles pourraient vous plaire...

7 Commentaires

  • Répondre Jennifer 9 octobre 2018 à 5 h 55 min

    Un bel endroit ! Merci pour la visite.
    Bonne journée
    Jennifer

  • Répondre CathyRose 11 octobre 2018 à 5 h 31 min

    Quel bonheur cette journée Christine, c’est vraiment tout ce que j’aime tu t’en doutes !
    D’abord parce que j’aime les cascades, et puis les vieilles pierres, bien sûr ! Nous avons aussi visité une abbaye cet été, celle de Daoulas, elle a gardé une partie de son cloître.
    Belle journée, bisous !
    Cathy

  • Répondre CathyRose 11 octobre 2018 à 5 h 31 min

    Tiens je n’ai pas fait attention … pour une fois le lien vers mon blog a été accepté !

  • Répondre LOTIN 11 octobre 2018 à 14 h 04 min

    Joli post qui mélange découverte de la nature environnante et découverte du patrimoine historique ! Grace à toutes vos promenades, vous nous dévoilez des richesses méconnues malgré de nombreuses années passées dans cette magnifique région de France. J’affectionne particulièrement la disposition des pierres du sol du dortoir, une sorte de mosaïque, qui se situe dans l’Abbaye ! Aussi, c’est toujours agréable de contempler tes belles photos. A bientôt pour de nouveaux exposés !
    Bisous, on pense bien à vous deux.
    Martine

  • Répondre Anne 13 octobre 2018 à 7 h 33 min

    J’ignorais tout cela. Une raison de plus de se rendre dans cette jolie région!

  • Répondre SACCON Edith 13 octobre 2018 à 11 h 35 min

    Bonjour Christine,
    Je viens de regarder ton petit reportage et les magnifiques photos qui l’accompagnent ; c’est vraiment un plaisir des yeux et j’ai adoré tout ce que j’ai lu. Je te félicite car j’ai passé un petit moment avec toi et sûrement que ton mari t’accompagnait.

    Je vous embrasse très fort tous les deux.
    Edith

  • Répondre Anne LANDOIS-FAVRET 15 octobre 2018 à 23 h 35 min

    Les anciens moulins sont très sympas ! L’abbaye est très belle également et j’ai bien aimé découvrir ces vitraux qui auraient inspirés Coco Chanel ! 😉

  • Laissez-moi un commentaire !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.